"Le projet..."



Planisphère

on est là... + d'infos sur Yahoo!

On est ici...

Jeudi 31 mai 2007 Précédent

Bons plans en Tanzanie

On a une pointe au cœur en quittant la Tanzanie. On a adoré ce pays !

-

D’abord parce que les gens sont très gentils, toujours aimables et prévenants et d’une douceur incomparable. Ici les gens se considèrent tous comme frères et sœurs et s’ils ne viennent pas de la même tribu, ils parlent tous le même langage (le swahili). Et surprise : cette convivialité n’est pas du vent, c’est une réalité. Il y a aussi en Tanzanie, entre les parcs du nord, Zanzibar et la route du sud, des paysages à couper le souffle. Enfin si la cuisine est hum… pas très bonne, il y a un savoir vivre et une grâce remarquable.

-

Donc pour ceux qui hésitent entre le Kenya et la Tanzanie pour découvrir l’Afrique et faire un safari, on conseille sans hésiter la Tanzanie. Cependant c’est un peu plus cher : pour éviter le tourisme de masse et préserver la flore et la vie sauvage, les entrées des parcs sont hors de prix. Hors Safari, il est sérieux de compter 40€/j pour deux personnes (hors Zanzibar, plutôt 80€/j). Mais après tout dépend du niveau de confort que l’on souhaite et tout le tralala.

-

Ceci dit, pour faire baisser la note, le mieux est d’éviter au maximum les intermédiaires. Ce qui signifie éviter de se faire accompagner dans une guest-house, même par le chauffeur de taxi qui se veut serviable : l’heureux chaperon touche une commission qui peut aller jusqu’à 30 % du prix de la chambre. Même topo pour les taxis : les rabatteurs font une excellente marge, au détriment du chauffeur qui, lui, galère pour faire le plein.

-
Mais c’est aussi valable pour les safaris : on peut passer par des agences locales, qui d’ordinaire proposent leurs services à des agences internationales. Un bon moyen d’être sûr de la qualité, sans payer les frais des préposés à Paris. De bonnes adresses : Chacha Magori (chachammagori@yahoo.com ou +255 786 935 828), Saïd Senzia Makoko img_0505.jpg(ssenzia@hotmail.com ou +255 744 289 198). Dans tous les cas, demandez comme guide-chauffeur Salim (+255 787 240 344), il est vraiment sympa, connaît la région comme sa poche, conduit comme un chef et parle parfaitement français (photo). Tous ces gens-là nous ont été recommandés par une agence très sérieuse à Nairobi : African Latitude. Demandez Michel Laplace Toulouse (michel@africanlatitude.com).

-

Pendant la saison des pluies (avril-mai), ou si on partage le safari à plusieurs, les prix sont largement négociables. Pour info, on s’en est tiré à 1400 $ pour 2 personnes et pour 5 jours, tout compris. Si éviter certains parcs peut aussi permettre de faire baisser les prix, le Ngorongoro est immanquable. Mieux, c’est le clou du spectacle ! Pour une balade sur le lac Natron ou l’ascension du Lengaï, demandez David Komiando au River Sida Camp Site, c’est un bon guide.

-

Un safari, pas de doute, c’est crevant. Pour décompresser, rien de mieux que d’aller se poser à Zanzibar. Par la route, le bus pour Dar es Salaam dure huit heures, puis deux heures de bateau le lendemain matin direction Stone Town. Sinon l’aéroport International du Kilimandjaro, au pied du Kili, propose des vols directs. Le décollage devant la montagne doit être joli à voir.
-

img_1320.jpgUn nid douillet à Stone Town : le Clove Hotel. Terrasse et vue sur les toits de la ville et la mer (clovehotel@zanlink.com ou +255 777 484 567).
-

Moins cher, moins bien, mais les gens sont très gentils : le coco de mer (cocodemer_znz@yahoo.com ou +255 24 223 08 52 / +255 777 433 550).

-

Et notre resto favori, le Bayh Al Chai en face du Serena Hotel - (www.stonetowninn.com ou +255 774 444 111 / +255 773 169 111). Ils étaient en train de construire un hôtel quand on est passé, vu le bon goût du resto, ça peut valoir le coup d’œil. Autre gâterie : les apéros sur la terrasse de l’African House, face à l’océan. On peut siroter son cocktail en toute sérénité.

-

Le Culture Musical Center est à Stone Town ce que Buena Vista Social Club est à Cuba. Concerts & répétitions tous les soirs à partir de 17h ; il ne faut pas hésiter à donner quelque chose au groupe, c’est leur gagne-pain quotidien. Demandez le chemin !
-

Le top du top pour se déplacer dans l’île, c’est la moto ou la vespa (pendant la saison des pluies, mieux vaut la moto, certains endroits sont difficiles). img_1208.jpgimg_1208.jpgimg_1208.jpgPour en louer il est impératif de prévoir de faire son permis international avant de partir (gratuit à la préfecture). Demandez ensuite Ally Keys (allykeys786@yahoo.com ou +255 777 411 797 / +255 777 419 377), un type très sympa et surtout très pro : à chaque fois qu’on a eu un problème (les motos ne sont pas flambant neuves !), un mec est venu à notre secours en moins d’une heure.

-


Les plages les plus idylliques sont dans le nord-ouest de l’île, vers le village de Nungwi.
img_0910.jpgLe Amaan Bungalows est une bonne adresse uniquement si on a vue sur la mer, car derrière c’est assez moche. Également, s’il n’y avait personne pendant la saison des pluies, il semble que ce soit bondé de djeunz routards en haute saison. Les autres guest-house sont parfois plus jolies, mais aucune n’a réellement les pieds dans l’eau. La plage de Kendwa est également très belle ; elle est aussi reconnue pour ses full-moon parties.

-
On a préféré le village d’Uroa, sur la côte nord-est de l’île.
img_0932.jpgLa plage est plus sauvage, les bungalows sur la plage et son atmosphère est un enchantement. Le Tamarind Bungalow était très bien ici.

-

Les plages les plus idylliques sont dans le nord-ouest de l’île, vers le village de Nungwi. Le Amaan Bungalows est une bonne adresse uniquement si on a vue sur la mer, car derrière c’est assez moche. Également, s’il n’y avait personne pendant la saison des pluies, il semble que ce soit bondé de djeunz routards en haute saison. Les autres guest-house sont parfois plus jolies, mais aucune n’a réellement les pieds dans l’eau. La plage de Kendwa est également très belle ; elle est aussi reconnue pour ses full-moon parties.
On a préféré le village d’Uroa, sur la côte nord-est de l’île. La plage est plus sauvage, les bungalows sur la plage et son atmosphère est un enchantement. Le Tamarind Bungalow était très bien ici.

-

Nous avons rencontré le directeur de l’école ; l’école a le besoin de prendre en mission des instits’ (genre de coopé). Si ça intéresse quelqu’un, voici le contact :
-

Mohamed H.Haji
Uroa School
PO box 4816
Uroa, Zanzibar
Tanzania
-

Au Sud-Est les plages sont par contre décevantes, car elles partent à perpette à marée basse et laissent apparaître un désert d’oursins et de cailloux. Ceci dit le cadre est lunaire et vaut le coup d’œil. Et au Pakachi Beach Hotel (pakachi@hotmail.com ou +255 777 860 196 / +255 777 430 992), à Jambiani près de Paje, on mange bien.
-

Mais on garde le meilleur pour la fin : à Kizimkazi, au Sud-Ouest de l’île face à la baie des mille dauphins, le Kizimkazi Coral Reef Village (mkazi_coreevi@yahoo.com ou +255 24 223 1214 / +255 747 479 615) ne paye pas de mine mais vaut sacrément le détour. Rien d’ostentatoire ni de tape à l’œil, seulement des gens adorables, une super cuisinière et un accès direct sur la mer.

-
Ici la plage est exceptionnelle et dévoile à marée basse un champ de sable fin, peuplé de mille coquillages. Le rêve !

-

Mais il n’y a pas que les animaux et la plage en Tanzanie. Pimg_1555.jpgour traverser le pays de la plus belle manière qui soit, le train de Dar es Salaam vers Mbeya part de la gare via la compagnie Tazara. Mieux vaut prendre celui du matin, pour traverser le Selous en journée, s’endormir sur les montagnes Udzungwa et se réveiller dans le parc national de Kitulo. Bar et resto à bord, plutôt propre et super convivial.

-

Enfin, bien qu’il pleuve pendant la saison des pluies (eh oui !), on n’a pas regretté d’avoir visité la Tanzanie à cette période-là. Il n’y a personne, le ciel est changeant et les lumières sont incroyables.

TOP